Magic Warriors

Quelle sera votre place ?
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 « Viens à moi, entends mon appel, ou plutôt ton appel » || PV ABYSS ||

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tykär

avatar

Messages : 13
Date d'inscription : 01/06/2016

Feuille de personnage
Nom: Tykär
Alignement: Chaotique Neutre
Tiques dorées: 6

MessageSujet: « Viens à moi, entends mon appel, ou plutôt ton appel » || PV ABYSS ||    Sam 11 Juin - 20:11

Come to me.

PV ABYSS

Je me promène. Je pense bien que c’est ce que je fais, ton esprit me projette. Je ne te connais pas, et tu ne sais pas non plus qui je suis. Tu ne me reconnaîtrais pas, comme les autres. C’est toujours ainsi. Mon image est flou, on ne sait pas qui je suis, et puis on ne m’écoute pas, on ne me croit pas. On me contredit, mais pourquoi contredirais-tu ton propre esprit ? Beaucoup le font, j’ose espérer que tu auras l’intelligence de ne pas le faire, de comprendre que mon apparence est subjective et qu’au fond, je n’existe que dans ton esprit. Tu ne le comprendras pas. Je le sais. Je m’y prépare. Je me dirige vers toi tout en sachant que tu me rejetteras violemment. Ça fait peur, le subonscient. Et vous ne comprenez pas toujours ce que votre propre mental attend de vous, de vos réactions, alors vous me rejetez sans ménagement en me disant que je suis sur votre terre et je dois partir. Si je veux vivre, je dois partir, parce que la violence règne au sein des Clans par rapport aux solitaires. Enfin, je ne suis pas une solitaire, je suis une apparition, une projection des esprits solitaires ou encore qui ont besoin de quelque chose. Je ne comprends pas toujours quoi. Qu’as-tu de besoin ? Pourquoi ton esprit m’appelle ? J’ai hâte de le savoir. Oui, je reste curieuse malgré tout, même en ne vivant pas, il faut croire que je peux avoir un caractère propre aux espèces qui parcourent cette forêt : la curiosité et le désir de savoir.

Il fait beau. C’est une belle journée pour m’appeler. Quelques nuages parsèment le ciel, les nuages me suivent un peu, mais ils sont blancs, ils ne représentent aucune menace de pluie. Il y a un peu petit soleil, il ne fait pas chaud, on est juste bien. La rencontre sera agréable si tu ne me contraries pas, parce que la température m’écoute, ou plutôt je l’influence et je ne comprends pas comment je fais. Suis-je plus qu’une apparition ? Je ne pense pas venir du ciel, avoir quelques pouvoirs célestes, sans doute est-ce que des coïncidences ou alors parce que je proviens des esprits, j’ai un impact sur la nature. Ça ne m’importe pas tant que ça. Je suis seule pour le moment, personne n’est à ma poursuite. Je sais, ce n’est pas logique, je n’existe pas, mais on me poursuit, mais tu ne peux pas comprendre, vous cherchez tous votre subconscient et je suis la projection de celui-ci alors vous me pourchassez et pour ne pas être débordée, je dois me trouver une cachette, quelque part entre le monde vivant et les limbes inconnues, mystérieuses. Le décor défile. Il est beau, le décor. Les rayons du soleil illuminent le tout. Je m’arrête quelque instant. Le fils qui nous sépare est mince, il vibre, mais il n’est pas pressant. Alors je ne suis pas obligée d’accourir, tu peux te passer de la projection du tréfonds de ton âme pendant quelques instants, tu n’en mourras pas.

Je vois une forêt. Je suis dans une forêt à l’aspect féerique. Elle est belle, presque magique, et mystérieuse. J’aime bien ce qui est mystérieux. Apparemment, je le suis. Enfin, ne parlons pas de moi, parce qu’on dit beaucoup de choses fausses sur mon compte. On ne comprend pas qui je suis. Je suis là, je regarde la forêt et je me dis qu’elle est magnifique, que je resterais bien, mais je ressens ce fil vibrer, je ne sais pas où tu te situes, mais je te trouverais. Alors je reprends ma route, je frôle le sol, pas la moindre trace de pas. Normal, après tout, je n’existe pas. Je vois au loin un marais, mais je le contourne. Les marais ralentissent toujours ma progression et je sens moins le fil qui me relie à toi, ou aux autres, alors j’évite ce qui ressemble aux marais. C’est préférable. Et puis finalement j’aboutis dans une clairière. Tu n’es pas encore là. Mais tu devrais arriver. Je sens que c’est ici qu’on doit se voir. Tu vois, il fait encore beau. Les quelques nuages blancs sont toujours là, prenant le ciel comme trône, mais le soleil aussi est présent. Cette température est idéale. Vous êtes toujours plus calmes et plus enclin à m’écouter quand il fait beau. J’ai appris que les chats n’aiment pas la pluie, sauf ceux du Clan de la Cascade. Ils aiment l’eau, même s’ils ne semblent pas trop aimer les orages non plus, ou les grandes chaleurs, alors actuellement, c’est la température idéale et j’ose espérer qu’elle parviendra à te rendre encline à me comprendre et à accepter le fait que je ne suis rien d’autre que la projection de ton âme, du profond de ton âme. Tu sais, cette partie de toi que tu ne comprends pas, qui s’exprime au travers de tes songes.

Je ne bouge pas et j’attends, j’attends que tu arrives. Le fil vibre. Tu n’es pas encore là, sinon il vibrerait beaucoup plus fort, et je t’entendrais, car j’arrive bien à entendre, mais non, je n’entends rien d’autre que les animaux autour et les oiseaux qui chantent le beau temps. C’est drôle, non, de les entendre chanter le beau temps quand on se dit que bientôt ils seront votre repas ? Pourtant, les volatiles ne se doutent de rien et clament à tout vent leur liberté acquise. Bientôt, tu en attraperas un et tu ne le laisseras pas pousser le moindre cri que tu lui retireras ce qu’il se vantait d’avoir. Tu retireras un membre à une famille, et cette famille devra apprendre à vivre sans. Peut-être prendras-tu le père, et alors ils seront tous perdus. Ou alors ce ne sera qu’un enfant et la perte ne sera pas si important. Peut-être. Qui sait ? Personne ne pourra savoir. Pour le moment, les oiseaux savourent les rayons du soleil, la température agréable, ni trop froide ni trop chaud, le juste milieu. Ils savourent l’absence de pluie, la belle lumière et je me demande si toi, tu la savoureras ou si tu ne seras pas contente de me trouver là, en dehors de ton esprit. Viens à moi. Je t’entends. Tu approches et puis je te vois. Viens. Approche. Je t’attends.

made by guerlain for epicode
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abysses Céleste

avatar

Messages : 53
Date d'inscription : 08/06/2016

Feuille de personnage
Nom: Abysses Céleste
Alignement: Neutre Bon
Tiques dorées: 78

MessageSujet: Re: « Viens à moi, entends mon appel, ou plutôt ton appel » || PV ABYSS ||    Lun 13 Juin - 11:57


Rp ♠

La nuit était fraîche, le vent tourbillonnait, soulevant de la poussière. Les Anciens éternuaient, sans ménagement les petits s'agglutinaient autour de leur mère pour garder une température stable.
Là dans l'antre du Lieutenant Abysses Céleste était roulée en boule, son dos faisait face au vent qui arrivait à s'infiltrer dans l'antre pourtant douillette du lieutenant.

' Partout autour des arbres aux feuilles noirs trônaient majestueusement, Abysses les regardaient à la fois effrayée et mystérieusement attirée. Que faisait-elle là ? Elle n'en avait aucune idée, d'ailleurs était-elle vraiment là ? Ou ce n'étais qu'une vulgaire imagination de son esprit. La jeune lieutenante s'aventura un peu plus loin, il y avait un autre chat ici, elle n'était pas seule ici elle en était persuadée. Suivant son instinct du moins c'était ce qu'elle croyait suivre, elle fila entre les arbres et leurs épaisses branches noueuses. La nuit était d'un noir d'encre, la lune était absente, si bien qu'aucune lumière ne venait perturber le calme apparent de la forêt. Abysses s'arrêta soudain. Se retourna. Il y avait quelqu'un elle en était sur. Là derrière elle des yeux luisaient. '

Lorsque la lieutenante se réveilla ses membres était tout engourdis, elle s'étira tout en baillant et fis un brin de toilette. Puis elle bondit dans son camps, ce fut avec surprise qu'elle découvrit un doux temps printanier, cela lui mit du baume au cœur et elle alla chercher un déjeuner. Ce fut tout en dégustant sa proie que son cauchemar lui revint et des doutes prirent le dessus. Et si cela c'était réellement passé ? Elle tenta de chasser ses noires pensées de sa tête mais l'image des yeux du chats dans la nuit ne voulait pas s'effacer. Abysses avait l'impression que cette image c'était collé sur sa rétine.
Elle finit en vitesse sa proie et se mit dans un coin du camps pour tenter de réfléchir à ce qui c'était passé, mais une évidence lui sauta au nez, elle connaissait cette partie de la forêt ou elle se trouvait cette nuit. C'était ici, sur son territoire.

Sans plus hésiter Abysses Céleste bondit sur ses pattes et partit en quête de cette mystérieuse.. Apparition ?
Elle trottina puis arrivant non loin de la zone qu'elle avait identifiée elle s'arrêta et c'est avec précaution qu'elle avança.
Elle pouvait entendre les oiseaux gazouiller, leurs doux chant matinale était agréable, presque reposant. Furtivement Abysse s'approchait toujours plus près de cet endroit. Inconsciemment elle le savait, c'était là. Pourtant plus elle s'en approchait plus elle se surprit, depuis quand prenait elle autant à cœur un cauchemar ? Il y avait à faire au camp, le vent avait tout de même fait quelques dégâts. Pourtant la jeune féline continuait, toujours. Elle avançait pas à pas, frôlant le sol, elle huma l'air, mais rien ne la surprit, les odeurs des autres clans n'était pas présente. Et si Abysses devenait folle ?
Pourtant elle continua et ce fut arriver sur la zone que son cœur loupa un battement, là-bas il y avait un chat elle en était sur, mais ses yeux semblaient vouloir jouer avec elle et elle n'arriva plus à distinguer de silhouette. Peut être avait il bougé, se sentant soudain menacée elle sortit ses griffes et jeta un coup d’œil vif tout autour d'elle, on l'observait.
La peur la prit à la gorge, étau de fer elle dut se concentrer pour avaler de l'air, sa respiration se fit sifflante, puis d'un coup elle devint lucide, le voile qui semblait l'avoir recouvert depuis cette nuit se  leva, Abysses était de nouveau elle-même. Elle rétracta ses griffes et s'assit et nonchalamment elle appela.

-Toi qui est ici, montre toi, je ne reconnais pas d'odeurs sur ton pelage, qui es-tu ?


Mais dans sa tête une autre question persistait, existes-tu ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
« Viens à moi, entends mon appel, ou plutôt ton appel » || PV ABYSS ||
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Appel aux dons sauvetage canichous Refuge de Fontorbe
» Appel à l'insurrection.
» T' as du travail? Je m'en fiche ~♥ Viens chanter avec moi ♫ [PV May ]
» Je ne te connais pas... d'où viens tu?(Coeur boiteux )
» L'appel des limbes ou comment se mettre en danger pour rendre service...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Magic Warriors :: En route vers les bois ! :: Clan des Feuilles :: Clairière de feuilles-
Sauter vers: